Moving Towards a Feminist Economic Recovery Articles — Samuel Centre For Social Connectedness
News and Articles

Moving Towards a Feminist Economic Recovery

E8sjkUIXIAsRgdE
Articles
June 23, 2022

More than two years into the global pandemic that has disrupted our lives on an unprecedented scale, we are at a turning point. In the context of a largely vaccinated population, and mask requirements and movement restrictions loosening up across the country, the onset of the Canadian summer is infused with the hope of recovering our upended social lives and livelihoods. As we begin to look beyond the COVID-19 emergency into the process of economic and social recovery, we have the opportunity to take concrete action and create lasting change. Across the board, there have been urgent calls to “build back better” from the pandemic, and seize the momentum to advance a more sustainable and equitable society. Research shows that going down this path demands real intergenerational collaboration, with young women and underrepresented youth at the centre of the pandemic recovery efforts.  

The pandemic reminded us that those who bear the brunt of the social and economic costs in times of crisis are precisely the most disadvantaged groups, i.e., those who already experience systemic barriers to meaningfully participate in society. In Canada, the pandemic has exacerbated long-standing institutional and systemic inequalities, including the amplification of gender-based barriers. This is evident in the disproportionate impact on the lives of young women; in particular young women living on low incomes and experiencing intersecting inequalities such as race, disability, education or immigration status. They lost their jobs at an unprecedented rate at earlier stages of the pandemic (59%), representing over one-third of all job losses reported by women (36%). They experienced a dramatic disruption in their education, with Indigenous women, Black women, and youth living with disabilities more likely to have stopped or postponed their education due to the pandemic. And they experienced an alarming deterioration of their mental health, with only one in four young women considering their mental health as ‘excellent’ or ‘good’

Two years into the pandemic, we need to ask ourselves why employment for Indigenous, Black, racialized and LGBTQ2+ youth is still not recovering. According to the International Labour Organization, the impact of the pandemic on young people “risks hindering the productive potential of an entire generation.” And beyond the direct impact on the material circumstances of young people, there is a growing concern by youth organizations on the broader implications of COVID-19 on youth rights and intergenerational inequalities (OECD, 2022).  

Nevertheless, in the midst of this gloomy reality, the context of the unparalleled environmental crisis, and pervasive systemic racism, there has been resistance and resilience. Young people have persisted in their activism; challenging systemic issues, speaking out against injustice, advocating for collective well-being, and fostering creative forms of solidarity in their communities and beyond. Many became volunteers, with youth contributing 23% of total volunteer hours. While there seems to be a widespread recognition by key stakeholders of the role of young people as changemakers, this is not reflected in their concrete access to decision-making spaces. Even if young leaders are already building collective power in Canada, they remain underrepresented in professional and political leadership positions. The underrepresentation of young women and gender-diverse individuals with intersecting identities is a gender-justice issue that must be at the centre of the economic recovery. The OECD (2022) has already reported a concern for the lack of opportunities for young people to shape COVID-19 recovery measures e.i. lack of participatory mechanisms to ensure youth voices are included in the process.

We already know that young people want to participate in the decisions that impact them. Not in the future, but in the here and now. Nearly half of young leaders believe that “Canadian society requires beginning anew and restructuring differently.” Including their voices in a symbolic way while things remain unchanged is not enough. We need to give them a seat at the table and let them shake spaces of power from the inside to advance real systemic change.  

In the words of the UN Secretary-General António Guterres, if we are to build a sustainable future, “women and girls must be front and centre, leading the way.” Young women have valuable lived experiences, background and perspectives, yet they are left behind when their lived experiences are neglected. They are part of a system that is constantly reminding them that they do not really belong. We must pay attention to how the intersection of gender inequality with other inequalities shape young women’s lives in different spaces of society. To advance an intersectional social and economic recovery, decision-makers need to find ways to meaningfully engage with young women with diverse lived experiences.  

 This is why, along with SCSC and Fora: Network for Change, we will be conducting a community consultation with young women and gender-diverse youth, to collect their lived experience and stories of the COVID-19 pandemic, and learn how they envision an intersectional economic recovery. As a feminist, I am honored to be given the opportunity to generate research with and for young women to advance gender-justice. I am inspired by the diversity of young women I will encounter along this journey. I moved to Montreal some months before the outbreak of the pandemic to pursue my graduate studies. I was ready to embark on the complex process of home-making involved in immigrating. The pandemic caught me in the midst of this moving experience, trying to make sense of my new environment, and away from my family and friends. Without most of my support system and without the opportunity to meet my neighbours and classmates, I was not able to cultivate a feeling of belonging for months in my new home. As we were all migrating to the virtual world as a refuge for social connectedness, I was feeling the hardships of social isolation on my emotional well-being. In addition, the material struggle to get a part-time job to complete my studies on time became an everyday reality in the context of an economy in shock, and my immigrant status conditioned my access to federal and provincial government assistance and social services. My experience of the pandemic is inextricably linked to my positionality as a young woman, as a student, as an immigrant, as a Latina, and as an allophone in Quebec, just to name a few dimensions. But even if we do not necessarily share the same lived experiences, we resonate with each other as we are all grappling to get on our feet, apart but together, striving to create change. 

We have a long road ahead of us. Here is our chance not only to recover our shaken lives and livelihoods, but to reimagine alternative futures where no one is left behind and take action. Let’s make it happen! 

A huge thank you to Leah Prisque, a young Ojibwe Métis artist who happily let me use her art to illustrate this piece. Her artwork “Leadership and Impact” is featured in Canada’s first ‘State of youth report’ (2021)

Here we refer to young women as those between 18 and 25 years of age. However, we recognize that the category of youth is not a stable category, but a complex social construction.

Vers une relance économique féministe pour le Canada

Plus de deux ans après le début de la pandémie, qui a bouleversé nos vies à une échelle sans précédent, nous sommes à un moment décisif. Avec une population largement vaccinée et un relâchement,  des exigences de port de masque et des restrictions de mouvement dans tout le pays, l’arrivée de l’été canadien est imprégnée d’un espoir. Celui de récupérer notre vie sociale et notre bien-être. Lorsque nous commençons à regarder au-delà de l’urgence COVID-19 et à envisager le processus de relance économique et sociale, nous avons la possibilité de prendre des mesures concrètes et de générer des changements durables. Partout, des appels urgents ont été lancés pour “reconstruire en mieux”, pour saisir l’instant afin de faire avancer cette société, que nous voulons plus durable et plus équitable. Les recherches indiquent que cette démarche exige une véritable collaboration intergénérationnelle, avec les jeunes femmes et les jeunes personnes sous-représentées au cœur des efforts de recouvrement.  

La pandémie nous a rappelé que ceux qui subissent les coûts sociaux et économiques en temps de crise sont précisément les groupes les plus désavantagés, c’est-à-dire ceux qui se trouvent déjà confrontés à des barrières systémiques pour participer efficacement à la société. Au Canada, la pandémie a exacerbé des inégalités institutionnelles et systémiques de longue date, en amplifiant notamment des obstacles fondés sur le sexe. On le constate dans l’impact disproportionné sur la vie des jeunes femmes, en particulier celles qui vivent avec de bas salaires et qui subissent des inégalités intersectionnelles liées à la race, au handicap, à l’éducation ou au statut d’immigrant. Elles ont perdu leur emploi à un rythme sans précédent au début de la pandémie (59 %), représentant plus d’un tiers de la totalité des pertes d’emploi rapportées par les femmes (36 %). Leur éducation a été fortement perturbée, en particulier pour les femmes autochtones, les femmes noires et les jeunes handicapés, qui étaient plus susceptibles d’avoir abandonné ou retardé leurs études en raison de la pandémie. Et leur santé mentale s’est détériorée de façon alarmante, dans la mesure où seule une jeune femme sur quatre juge sa santé mentale “excellente” ou “bonne”

Après deux ans de pandémie, il faut se demander pourquoi l’emploi des jeunes autochtones, noirs, racialisés et LGBTQ2+ ne se redresse toujours pas. Selon l’Organisation internationale du travail, l’impact de la pandémie sur les jeunes “risque de compromettre le potentiel productif de toute une génération”. Et au-delà de l’impact direct sur la situation matérielle des jeunes, les organisations de jeunesse s’inquiètent de plus en plus des implications plus larges du COVID-19 sur les droits des jeunes et les inégalités intergénérationnelles (OCDE, 2022).  

Mais malgré cette sombre réalité, malgré le contexte d’une crise environnementale sans précédent et d’un racisme systémique persistant, il y a eu de la résistance et de la résilience. Les jeunes ont persévéré dans leur activisme, remettant en cause les problèmes systémiques, dénonçant l’injustice, revendiquant le bien-être collectif et favorisant des formes créatives de solidarité dans leurs communautés et ailleurs. De nombreux jeunes sont devenus des bénévoles et ont contribué à 23 % du total des heures de bénévolat. Bien que les principales parties prenantes semblent reconnaître largement le rôle des jeunes en tant qu’acteurs du changement, cela ne se manifeste pas concrètement au niveau de leur accès aux espaces de décision. Même si les jeunes leaders exercent déjà leur pouvoir collectif au Canada, ils demeurent sous-représentés dans les postes de direction professionnels et politiques. La sous-représentation des jeunes femmes et des personnes ayant des identités croisées est un enjeu de justice de genre qui doit être au centre de la relance économique. L’OCDE (2022) a déjà fait part de son inquiétude concernant le manque d’opportunités pour les jeunes de participer à l’élaboration des mesures de relance du COVID-19, notamment l’absence de mécanismes participatifs permettant d’inclure la voix des jeunes dans le processus.

Nous savons déjà que les jeunes veulent participer aux décisions qui les concernent. Pas dans le futur, mais dans le moment présent. Presque la moitié des jeunes leaders pensent que “la société canadienne a besoin de repartir sur de nouvelles bases et de se restructurer de manière différente.” Il ne suffit pas d’inclure leurs voix de manière symbolique alors que les choses restent inchangées. Nous devons leur donner un siège à la table et les permettre de secouer les espaces de pouvoir pour faire avancer un véritable changement systémique.  

Pour reprendre les paroles du secrétaire général des Nations unies, António Guterres, si nous voulons construire un avenir durable, “les femmes et les filles doivent être au cœur de l’action, en ouvrant la marche”. Les jeunes femmes ont des expériences de vie, des parcours et des points de vue précieux, mais elles sont négligées lorsque leurs expériences de vie sont ignorées. Elles font partie d’un système qui leur rappelle constamment qu’elles ne sont pas vraiment à leur place. Il faut être attentif à la manière dont l’intersection de l’inégalité entre les sexes avec d’autres inégalités conditionne la vie des jeunes femmes dans les différents espaces de la société. Pour faire progresser une reprise sociale et économique intersectionnelle, les responsables politiques doivent trouver les moyens de s’engager de manière significative avec des jeunes femmes qui ont des expériences vécues diverses.  

Ainsi, avec la SCSC et Fora:Network for Change, nous allons mener une consultation communautaire avec des jeunes femmes et les jeunes qui ont des identités de genre diverses, afin de connaître leur expérience vécue et leurs histoires relatives à la pandémie de COVID-19, et d’apprendre de quelle manière elles envisagent une relance économique féministe. En tant que féministe, je suis heureuse d’avoir la chance de pouvoir produire des recherches avec et pour des jeunes femmes afin de faire progresser l’égalité des sexes. Je suis déjà inspirée par la diversité des jeunes femmes que je vais rencontrer tout au long de ce parcours. J’ai déménagé à Montréal quelques mois avant le début de la pandémie pour poursuivre mes études supérieures. J’étais prête à me lancer dans le complexe processus d’adaptation et de création du foyer qu’implique l’immigration. La pandémie stoppant tout dans son élan, je me suis retrouvée prise au milieu de cette expérience intense, alors que j’essayais de donner un sens à mon nouvel environnement, loin de ma famille et de mes amis. Sans la plupart de mon système de soutien et sans la possibilité de rencontrer mes voisins et collègues, je n’aurais pas pu cultiver un sentiment d’appartenance pendant ces longs mois dans mon nouveau foyer. Alors que nous étions tous en train de migrer vers le monde virtuel comme refuge pour le lien social, je ressentais les effets de l’isolement social sur mon bien-être émotionnel. De plus, la difficulté matérielle de trouver un emploi à temps partiel pour terminer mes études à temps est devenue une réalité quotidienne dans le contexte d’une économie en crise, et mon statut d’immigrant a conditionné mon accès à l’aide et aux services sociaux des gouvernements fédéral et provinciaux. Mon expérience de la pandémie est inextricablement liée à ma position de jeune femme étudiante, immigrante, Latina et allophone au Québec, pour ne nommer que ses quelques dimensions. Mais même si nous ne partageons pas nécessairement les mêmes expériences vécues, nous résonnons les uns avec les autres car nous nous battons tous pour nous remettre sur pied, séparément mais ensemble, en essayant de créer un changement. 

Nous avons un long parcours devant nous. Nous avons l’occasion non seulement de reprendre nos vies et nos moyens de subsistance ébranlés, mais aussi de réimaginer des avenirs différents où personne n’est laissé pour compte et agir. Un grand merci à Leah Prisque, jeune artiste métisse ojibwée, qui m’a permis d’utiliser son œuvre pour illustrer ce texte. Son œuvre Leadership et impact figure dans le premier Le premier Rapport sur l’état de la jeunesse du Canada: Pour les jeunes, avec les jeunes, par les jeunes (2021).